*libé-LuL*

Un buvoir, un sac de farine dans lequel taper, une chambre insonorisée dans laquelle crier.

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

20 décembre, 2009

Les promesses du zéro

Classé dans : Last summer — yin7 @ 11:42

numrisation0002.jpg

numrisation0005.jpg

dsc06353.jpg

dsc06363.jpg

bi et tri mixte

Classé dans : Last summer — yin7 @ 11:17

photo026.jpg

photo028.jpg

photo029.jpg

photo030.jpg

Mixte:

Un masque moulé sur un visage d’homme, un masque moulé sur un visage de femme, et un masque moitié-moitié. Le mot mixte tend à rassembler les deux sexes mais tout à la fois souligne leur différence, ce qui le rend paradoxal. Les masques blancs (en plâtre) font transparaitre la nature du visage qui a servi de contre moule, tandis que le chocolat efface toute différence et ils ne sont alors plus identifiables.
La réponse au sujet  tape sur un deuxième niveau: la mixité ici est aussi traitée par le fait de faire de l’art avec du non-art, autrement dit de tenter de faire une sculpture (installation) qui se rapporte au champ de l’art contemporain, avec du chocolat (matériaux de base de cuisine).

18 décembre, 2009

Peinture acrylique

Classé dans : Last summer — yin7 @ 15:36

dsc06466.jpg format grand aigle

dsc06467.jpg

dsc06468.jpg

dsc06469.jpg

dsc06464.jpg peinture à l’oeuf sur bois

dsc06470.jpg format grand aigle

Carnet d’artiste n°3

Classé dans : Last summer — yin7 @ 13:52

img00031.jpg

img00041.jpg

img00062.jpg

img00052.jpg

img00071.jpg

img00081.jpg

img00091.jpg

img00101.jpg

img0016.jpg

img00121.jpg

img0013.jpg

img0014.jpg

Sur tickets sncf …

« J’écris contre l’amer de la mer de douleurs,

M’invente un univers où les sables sont chauds,
Et là-bas sur la lande il y a un piano
Avec personne autour sinon de la poussière.

Je noircis les nuages qui désormais pleurent l’encre,
L’air suinte, je suis tâchée, fâchée, mâchée
Par les mots qui déchirent des pans de paysage entiers…
Je chiffonne la page, dessine un bateau
Et puis je fuis sous la pluie, et vite lève l’ancre.

Alors au calme le vent m’emporte,
C’est comme un murmure chaud qui colporte
Un baiser. Je vais doucement, je divague
En bouteille ballotée qui s’évade.

C’est fade, sinon que le sel pique mes yeux
Et le soleil couronne mes cheveux ;

Je vogue et m’envole comme un oiseau,
Balance mes pauvres lambeaux de peau
Aux flots qui fourmillent en mille vaguelettes ;

Je jette des pensées dans l’écume,
Des regrets lourds, des enclumes
Des plumes, des cygnes, ces signes
Que j’ai le cœur plus léger. »

Ludivine

Carnet d’artiste n°2

Classé dans : Last summer — yin7 @ 13:40

img0010.jpg

imgrr0001.jpg

img00051.jpg

img0004.jpg

img0007.jpgimg0009.jpg

img0008.jpgimg00061.jpg

iiimg.jpg

dsc06449.jpg

dsc06454.jpg

imagedzd1.jpg

img0012.jpg

img0002.jpg

img0003.jpg

 

sweetNovember |
Rat(s) de Bibliothèque |
amazighunique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mes sens
| Mi corazon
| livre des souvenirs